AU COEUR DE LA RÉCOLTE DU CHANVRE


 

Depuis quelques mois, le chanvre et son huile aux vertus dermo-cosmétiques reviennent sur le devant de la scène. Or, que sait-on de cette plante ? Comment est-elle cultivée ? Récoltée ?

En tant que partenaire de LA CHANVRIÈRE, située dans l’Aube (première coopérative de transformation du chanvre en Europe), nous profitons de la récolte du chènevis (la graine de chanvre) pour raconter toute la culture de cet « or vert ».

La particularité du chanvre ? Il est récolté à deux dates différentes selon son utilisation : fibre seule ou fibre & chènevis. Pour obtenir la précieuse huile de chanvre, plusieurs étapes sont nécessaires. La récolte aura lieu en septembre en fonction de la maturité du chènevis.

Tout commence entre avril et mai, date à laquelle on sème les graines de deux grandes familles de chanvre : l’une spécifique pour son développement rapide et à grande tige qui sera dédiée à l’utilisation de sa fibre et l’autre qui permettra d’obtenir à la fois de la fibre et de la graine.

En trois semaines à partir du semis, la plante atteint déjà 30 à 40 cm. Puis l’été arrive et la plante croît de façon rapide : jusqu’à 10 cm par jour !

Enfin, en août, le chanvre fleurit. La récolte de la graine interviendra dans les trois semaines qui suivent la floraison.

La date de la récolte est décidée par la coopérative agricole, LA CHANVRIÈRE. Pour obtenir le meilleur rendement, tout se joue à quelques jours près, il faut être vigilant car tout peut être ruiné par une météo peu clémente !

 

Le chanvre, pendant sa culture, ne demande aucun traitement phyto-sanitaire (pesticide, fongicide, herbicide) et se contente de l’eau de pluie. C’est donc une culture totalement écologique. En revanche, sa récolte est particulièrement délicate. En effet, le chènevis doit être nettoyé, séché et mis en silo dans les 5 heures qui suivent sa récolte pour conserver sa qualité optimale.

En travaillant en étroite collaboration avec LA CHANVRIÈRE, nous avons accès à un chènevis BIO premium et régulier en qualité et en quantité.  C’est là un des secrets de la qualité de nos soins dermo-cosmétiques !

 

Retour en images sur la récolte de cette précieuse graine !

 

Images tournées le 17 septembre 2018 dans un champ de chanvre de l’Aube (10).

 

PEAU & BRONZAGE : LES BONS REFLEXES A ADOPTER !

Le soleil, véritable source de vitamines D nous procure un joli teint hâlé. Mais il peut également se révéler dangereux et dévastateur pour notre santé si notre peau n’est pas correctement protégée et si la déshydratation occasionnée par les expositions au soleil n’est pas compensée.  En effet, l‘exposition au soleil a tendance à assécher la peau et à altérer la barrière protectrice que constitue l’épiderme. Voici donc quelques bons réflexes à adopter en cas d’exposition !

QU’EST-CE QUE LE bronzage ?

Le bronzage est avant tout un mécanisme de défense naturel de la peau face aux rayons UV du soleil. En effet, lorsque la peau reçoit ces rayons en quantité importante, un mécanisme de défense et de protection se met en place. Les cellules superficielles de la peau, appelées kératinocytes se multiplient. Elles ont pour rôle d’épaissir la peau et ainsi de bloquer le rayonnement. De plus, les mélanocytes, cellules productrices de mélanine (pigment brun-marron responsable de la couleur du bronzage) se multiplient également aidant ainsi l’épiderme à se protéger des UV.

BIEN PROTEGER SA PEAU

Il est entendu qu’il faut commencer par adopter une exposition graduelle et raisonnable au soleil. Afin d’aider sa peau à se protéger, il est conseillé d’appliquer toutes les deux heures et après chaque baignade un produit solaire d’un indice adapté sur l’ensemble du corps. Il est par ailleurs préférable de ne pas s’exposer aux heures les plus chaudes de la journée.

L’importance de se réhydrater !

L’hydratation de la peau passe par l’eau que nous buvons, les aliments que nous mangeons, mais aussi par les crèmes que nous nous appliquons. Pour éviter le dessèchement cutané et prolonger le bronzage, il est indispensable d’hydrater sa peau après chaque exposition.

Dans un premier temps, il faut veiller à bien s’hydrater de l’intérieur en buvant une grande quantité d’eau. Il est recommandé de boire au moins 1 litre d’eau après une journée de bronzage, en plus d’une hydratation régulière tout au long de la journée.

– Le soleil, le sel, le sable, le vent, le chlore des piscines peuvent entraîner des sensations de tiraillement désagréables. Une fois sous la douche, se rincer abondamment afin de retirer les restes de crème solaire, de sel ou de sable et ainsi désincruster les pores de la peau. Il est également conseillé d’exfolier sa peau à l’aide d’un gommage afin de se débarrasser des derniers résidus et des cellules mortes.

 – Enfin, pour permettre à sa peau de passer en mode repos, opter pour une réhydratation intense ! L’idéal est de choisir un soin à la fois réhydratant (beurre de karité, huiles végétales…) et réparateur (antioxydants comme la vitamine E). Les produits ayant des vertus antioxydantes sont très intéressants en après solaire car les UV fabriquent des radicaux libres qui s’attaquent aux cellules cutanées, y compris plusieurs heures après l’exposition. L’anti-oxydant pourra donc agir contre la libération des radicaux libres responsables du vieillissement cutanée. 

Vous savez à présent comment aborder vos après-midis bronzage cet été tout en ayant une peau halée et rayonnante !

Notre conseil beauté :

Pour une hydratation intense après une journée au soleil, testez notre baume corps CHANVRIA.  L’huile de chanvre contenue dans nos soins est riche en acides gras essentiels : omégas 3 & 6 qui hydratent et nourrissent la peau en profondeur. Cette huile contient également de la vitamine E, puissant antioxydant naturel qui protège les cellules de la peau du vieillissement occasionné par les rayons UV.

Rendez-vous sur : www.chanvria.shop

 

Sources : https://www.topsante.com , http://www.doctissimo.fr , http://www.guide-vitamines.org

COUPEROSE : L’HUILE DE CHANVRE A LA RESCOUSSE !

La couperose, aussi appelé rosacée, est une affection cutanée qui touche près de 15% de la population, essentiellement les femmes. Elle est souvent caractérisée par l’apparition de tâches roses et diffuses localisées au niveau des pommettes, du nez, du front ou du menton. Cela peut varier en fonction de l’âge, de l’environnement extérieur ou même de l’hérédité de l’individu.

D’où vient la couperose ?

La couperose est une maladie cutanée localisée sur le visage qui touche principalement les peaux claires et hypersensibles. L’explication physiologique de cette maladie bégnine est encore peu connue mais il s’agirait d’un dysfonctionnement des vaisseaux sanguins au niveau du visage.

La couperose est le plus souvent déclenchée par :

  • les températures extrêmes ou le soleil
  • la consommation de boissons chaudes, d’épices ou d’alcool
  • des facteurs hormonaux tels que la grossesse ou la ménopause
  • des états physiologiques extrêmes tels que la fatigue ou le stress
  • la prise de corticoïdes

Il existe de nombreuses solutions pour combattre la couperose : traitements médicamenteux, chirurgie au laser, etc… Mais des moyens bien plus naturels permettent également de lutter contre ces rougeurs, notamment les huiles végétales. En effet, plusieurs huiles végétales telles que l’huile de Carthame, l’huile de sésame ou encore l’huile de chanvre détiennent des principes actifs qui agissent efficacement sur les symptômes de la couperose.

Actions de l’huile de chanvre sur la couperose 

L’huile de chanvre est connue pour ses nombreuses vertus qu’elle doit à ses acides gras insaturés (omégas 3 & 6). C’est un hydratant et un assouplissant naturel dont l’utilisation quotidienne va permettre de réduire voire d’effacer les rougeurs de la couperose.

  • Une action décongestionnante

Les omégas 3 présents dans l’huile de chanvre vont apaiser les capillaires sanguins grâce à leur action décongestionnante. Cela va ainsi permettre une diminution de l’aspect rouge de la couperose au fil du temps.

Les omégas 6 vont quant à eux favoriser le renouvellement cellulaire, la peau aura alors un aspect plus neuf et plus lisse.

  • Une stimulation de la microcirculation

Lorsque la peau est atteinte de couperose, les vaisseaux sanguins sont altérés : ils présentent une dilatation excessive ce qui les rend visibles. Les acides gras insaturés vont stimuler la circulation sanguine en accélérant le flux sanguin.

De plus, l’huile de chanvre présente une importante action cicatrisante qui va permettre de réparer la peau endommagée par cette affection.

 

Vous voulez tester l’action de l’huile de chanvre sur votre couperose ?

Essayer nos soins dermo-cosmétiques naturels et BIO CHANVRIA, riches en huile de chanvre et en huile de sésame.

Conseil d’utilisation de l’huile visage & corps CHANVRIA :

1)    Après un nettoyage du visage, appliquer une à deux fois par jour (matin et soir) à l’aide du roll-on sur votre couperose

2)    Effectuer des petits lissages légers afin de faire pénétrer l’huile,

3)    Pour une hydratation plus poussée et une meilleure efficacité, appliquer ensuite la crème visage CHANVRIA

 

SOURCES :

http://www.huiledechanvre.fr/huile-de-chanvre-couperose/
https://www.oleassence.fr/huile-de-chanvre-pour-une-belle-peau
https://sante-medecine.journaldesfemmes.fr/faq/5145-couperose-rosacee-causes-symptomes-et-traitement

COMMENT LUTTER CONTRE LA CHUTTE DES CHEVEUX ?

 

La perte de cheveux est un phénomène tout à fait naturel : chaque personne perd en moyenne entre 50 et 100 cheveux par jour, ces chiffres peuvent varier en fonction du type de cheveux, de l’âge, de l’état de santé, de la saison ou encore de l’hérédité.

La chute de cheveux peut être amplifiée par des facteurs externes. En effet, nos cheveux sont très sensibles aux changements, notamment aux changements de saisons et aux variations climatiques. L’automne par exemple est une saison réputée comme propice à la chute de cheveux car de nombreuses modifications hormonales apparaissent en réponse à une diminution de la luminosité.

D’autres facteurs internes peuvent être à l’origine d’une chute de cheveux : des périodes de stress et de fatigue mais aussi des perturbations hormonales chez la femme comme la grossesse ou la ménopause.

Tous ces changements ont des conséquences sur les cheveux, ils agissent sur leur santé générale (diamètre du cheveu, brillance, tonus) mais aussi sur leur vitesse de pousse ou leur cycle de renouvellement, ce qui peut entraîner une perte en grand nombre.

Voici donc quelques conseils afin d’atténuer, de freiner cette chute et surtout de stimuler la repousse :

  • Avoir une alimentation équilibrée.

   La chute de cheveux est dans la plupart des cas due à des carences en plusieurs éléments indispensables à ceux-ci :

–       Les vitamines B : elles sont indispensables pour nos cheveux car elles participent au renouvellement des cellules des follicules pileux et à la fortification des cheveux. Ces vitamines sont naturellement présentes dans les céréales complètes, la levure de bière, les poissons gras et les volailles.

–       Le fer : cet élément constitue les globules rouges qui transportent les nutriments et l’oxygène jusqu’aux cheveux et aux organes. Il est présent dans les légumes secs, les œufs, les fruits de mer et poissons, les abats et la viande rouge.

–       Les acides gras insaturés tels que les omégas 3 & 6 : une carence en oméga 6 aura pour conséquences des cheveux cassants et ternes. Ces lipides sont présents dans les oléagineux (amandes, noix), les graines et les huiles végétales (lin, chanvre), les avocats et également dans les poissons gras comme le saumon.

Complétez de plus votre alimentation avec des fruits et des légumes frais, importante source de vitamines et de nutriments variés.

  • Privilégier les produits et soins naturels.

Afin de limiter la chute des cheveux, privilégiez des produits naturels contenant des principes actifs aux propriétés antichute tels que les orties, la silice, le zinc ou encore l’huile essentielle de pamplemousse.

Conseil : ajoutez quelques gouttes de ces ingrédients dans vos produits habituels afin de leur conférer une propriété antichute !

Les shampoings et les soins naturels sont moins agressifs pour le cuir chevelu et permettent ainsi de limiter la chute des cheveux. Il est également important de les brosser régulièrement afin de permettre aux cheveux « morts » de tomber et de répartir le sébum sur toute la chevelure.

Il est de plus conseillé d’espacer les shampooings pour ne pas agresser le cheveu :  maximum de 3 à 4 shampoings par semaine.

Conseil : si vous souhaitez avoir une pousse plus conséquente, une perte moins prononcée et des cheveux brillants, faites-vous des masques à l’huile (nigelle, ricin, coco, chanvre,…) une fois par semaine.

 

  • Optez pour des compléments alimentaires.

Lors d’un changement de saison, les compléments alimentaires peuvent être une solution pour aider le corps à se remettre en route. En effet, ils permettent de combler les carences dont le corps peut souffrir. Dans le cas d’une chute de cheveux, il est conseillé de prendre des compléments alimentaires riches en levure de bière, en magnésium, en fer ou encore en extraits de plantes comme la quinine, connue pour son renforcement de la structure du cheveu.

Certains compléments alimentaires capillaires peuvent également jouer le rôle de sébo-régulateurs et diminuent ainsi l’excès de production de sébum qui peut être à l’origine de la chute des cheveux. Ces compléments sébo-régulateurs sont principalement composés de Zinc et d’huile de pépin de courge.

 

Source : https://www.rtbf.be/tendance/beaute/detail_comment-lutter-contre-la-chute-de-cheveux-saisonniere?id=9799963

http://www.doctipharma.fr/conseils-de-pharmacien/article/chute-de-cheveux